OpenStreetMap

Diary Entries in French

Recent diary entries

Accueil des bonnes volontés néo-contributrices

Posted by deuzeffe on 17 September 2018 in French (Français)

D'après une réflexion à haut-clavier de Marc_marc sur talk-fr

"Il y avait aussi l'idée d'envoyer un message de bienvenue aux nouveaux, pas assez de monde pour le faire."

osmbot-test

Tips&Tricks Nunuche-compliant

Posted by deuzeffe on 13 August 2018 in French (Français)

JOSM

Scinder un polygone en deux parties (Freed)

- sélectionner les deux nœuds où on veut couper puis touche "p" ;

- pour fermer le polygone, sélectionner un des chemins, puis maj+click sur le nœud où on veut continuer puis "a".

overpass-turbo

- Centre d'un closed way : dir. out center; (eg http://overpass-turbo.eu/s/zBO) (ybon)

- Centre + contour d'un closed way : +dir out skel; (eg http://overpass-turbo.eu/s/zBP) (ybon)

- Tous sauf ceux qui ont tag1 ou tag2 vide : tout moins ceux qui ont les tag*=* (eg https://overpass-turbo.eu/s/AYU) (dmlu)

- Objets modifiés entre dates 1 et 2 : objets modifiés depuis date 1 moins objets modifiés depuis date 2 (eg https://overpass-turbo.eu/s/B1Y) (Jean-Yvon)

Challenge Mapillary #completetheMap en cours sur Tours !!

Posted by paysages on 12 August 2018 in French (Français)

Depuis le 1er aout 2018 et jusqu'au 31 aout 2018, Tours est engagée dans le challenge mapillary #completetheMap

Le but ? parcourir le plus de rues en prenant le plus de photos (en les envoyant sur mapillary bien sûr) et en étant le plus de contributeurs possibles (la formule qui donne le score est (UKM + (nb de photos/1000))x(1+(nb de participants/10).

À cette occasion nous proposons à qui veut une petite initiation mapillary, voire à l'upload de photos sur mapillary, soit par le navigateur soit par un script.

Le but étant bien sûr de gagner :twisted: parce qu'on est la seule ville de France à être représentée dans ce challenge !!! :D À ce jour on est 7e ce qui n'est pas ridicule, en plus on se bat contre des contributeurs qui arpentent en voiture ! Alors qu'on est pour la plupart à vélo.

Infos sur le challenge : https://forum.mapillary.com/t/global-completethemap-iii/1799 Le classement des villes et des contributeurs participants : https://mapillary.github.io/mapillary_greenhouse/global-challenge/q3-2018/ L'état de la contribution sur Tours : https://mapillary.github.io/mapillary_greenhouse/ctm/tours/

Même si vous ne faites qu'une seule photo ça nous donne des points, alors si vous êtes sur Tours ou que vous y passez, mapillarysez ! :)

Vous voulez plus d'infos ? Vous pouvez contacter les users OSM "monsieur a" ou "paysages"

Location: 47.390, 0.688

En prévision (08/18)

Posted by deuzeffe on 3 August 2018 in French (Français)

Wiki

revoir page(s) transport

liste items et classes osmose

  1. UL des markers des nouveaux items : NOK - manque nouvelles analyses du 05/09/18

Osm

corriger ortho. É*

corriger rue, avenue, allée, chemin, etc.

Cartographie du réseau de bus à Dakar

Posted by Polyglot on 1 August 2018 in French (Français)

En 2014 Odette Mendy a réalisé un travail de diplôme BTS Géomatique concernant le transport en commun à Dakar. A l'époque elle a utilisé ODK-collect pour répérer les arrêts et ARCGIS pour cartographier les lignes.

Par la suite elle a voulu partager ce travail avec le grand public. OpenStreetMap était le choix logique. Elle a trouvé la communauté OpenStreetMap Sénégal très accueillante et ils se sont organisé pour entâmer ce travail de grande envergure. L'été de 2018 le réseau du département de Dakar est maintenant complètement cartographié. La communauté souhaite élargir ce projet pour les autres localités de Dakar et pour l’ensemble du pays.

Ceux qui ont participé :

Odette MENDY avec l'aide de Ibrahim SANA et Inocent DIBLONI de la communauté OSM Burkina et les membre de la communauté OSM-Sénégal

Lamine NDIAYE Jean Marie MANCABOU Amadou NDONG Ismaïla SEYE Rokhaya SECK Alassane CISS Bougouma Lamine NDAO

Odette Mendy

Location: 14.664, -17.437

le lieu où j'habite

Posted by gépetto on 27 July 2018 in French (Français)

la Wallonie en Belgique

Location: 50.526, 4.595

osmconvert

Posted by RichardKYZC on 19 July 2018 in French (Français)

Hi,

I realized a test with osmconvert. osmconvert file_original.pbf -o=file_o5m.o5m osmconvert file_o5m.o5m -o=file_final.pbf

There is a difference of size between file_original.pbf and file_final.pbf The file_final.pbf is smaller.

Can you explain the difference between the two files ? Does it exist a difference of quality, precision for the map defined by the file_final.pbf ?

In final, the osmconvert will be use to append data in a database with the option --subtract.

Thanks Best regards Richard

Location: 48.750, 2.350

Pourquoi utiliser OpenStreetMap à la place de Google Maps ?

Posted by jbelien on 14 July 2018 in French (Français)

This post is also available in English : http://www.openstreetmap.org/user/jbelien/diary/44356


Article écrit pour l'open Summer of code 2018.


Commençons par dire qu'il n'y a aucun doute sur le fait que Google Maps est un bon produit et que ses outils (API, librairie JavaScript, ...) fonctionnent bien et sont faciles à mettre en place mais ...

C'est Google qui décide

Quand Google Maps a démarré il y a plus de 10 ans, tout était complètement gratuit mais ces derniers mois les choses ont changé drastiquement !
La première décision prise par Google a été de limiter le nombre de requêtes gratuites par jour. Si cela n'a pas vraiment eu d'impact sur les petits utilisateurs qui n'atteignent pas la limite d'utilisation, certains gros utlisateurs ont alors préféré d'autres solutions comme OpenStreetMap (par exemple, Foursquare et Pinterest).
Les derniers changements (de juin 2018) ont beaucoup plus d'impact : Google a non seulement décidé d'encore réduire la limite du nombre de requêtes gratuites (de 25000 cartes par jour à 28000 cartes par mois, soit plus ou moins 1000 cartes par jour, donc 25 fois moins) mais aussi d'obliger les utilisateurs à fournir leur numéro de carte de crédit même si la limite gratuite n'est pas dépassée !

Impact sur le site du Premier Ministre :

Impact sur le site du Premier Ministre

L'argent est bien sûr un problème mais il y a pire : Google peut décider ce qui affiché, masqué ou mis en évidence dans la carte et la manière de l'afficher. Que faire si Google décide de masque ou de mettre en évidence certains types de magasins, par exemple ou pire, que faire si Google décide de dessiner les frontières entre pays à leur convenance... Ceci peut vite mener à de réels problèmes éthiques !

Pour résumer, vous n'avez absolument aucun contrôle, Google peut changer les conditions d'utilisation de leurs services quand ils veulent et ce ne sera plus que probablement pas à votre avantage !

Pourquoi OpenStreetMap ?

OpenStreetMap est (principalement) une carte du monde entier publiée gratuitement sous une licence de contenu libre. Construite par des contributeurs bénévoles, elle est éditable par tous et en constante évolution.

La licence OpenStreetMap autorise un accès libre (ou quasiment libre) à nos cartes et à l’ensemble des données cartographiques sur lesquelles elles sont construites. Notre projet vise à promouvoir des usages innovants et intéressants de ces données.

-- Source: https://wiki.openstreetmap.org/wiki/FR:À_propos_d’OpenStreetMap

OpenStreetMap use is free as in free beer but also as in free speech !
L'utilisation d'OpenStreetMap est gratuite comme une bière gratuite et libre comme la liberté d'expression !
Tout le monde peut contribuer et tout le monde peut l'utiliser ! Les données OpenStreetMap sont ouvertes ! Peut importe que vous soyez développeur, scientifique, activiste, cartographe, géographe, ..., tout citoyen peut utiliser la base de données OpenStreetMap pour satisfaire ses besoins quels qu'ils soient.

Vous avez accès aux données

Google Maps ne vous donne pas accès aux données utilisées pour créer la carte (et c'est le cas de la plupart des solutions propriétaires) mais vous avez un accès complet à la base de données OpenStreetMap !

L'accès aux données signifie que vous pouvez construire une carte qui répond à vos besoins et ne dépend donc pas des décisions du fournisseur de carte.

OpenWhateverMap

Si vous avez besoin de certaines informations, il vous suffit de les télécharger ! Que vous ayez besoin de tous les bâtiments de Bruxelles pour un projet de recherche, de trouver le distributeur de billets le plus proche ou toutes les informations disponibles dans le pays que vous visitez et que vous en ayez besoin hors ligne ... ce sont toutes des requêtes faciles à exécuter ! Les données OpenStreetMap sont ouvertes !

OpenStreetMap couvre le monde entier et quel que soit le pays les contributeurs utilisent les même règles, il est donc aisé de passer du niveau local (votre quartier) à une vue globale de la Terre entière !

Et si vous voyez que quelque chose n'est pas correct dans la carte, il vous suffit de faire la correction ou de prévenir la communauté et nous ferons la correction ! Corriger et améliorer la carte ne profitera pas seulement à une seule grosse compagnie mais à tout le monde. OpenStreetMap est créé et mis à jour par des citoyens comme vous.

La force de la communauté

Grâce à des centaines de millier de contributeurs à travers le monde, OpenStreetMap est probablement la carte la plus complète et la plus à jour de la planète.

Quand le centre de Bruxelles est devenu officiellement réservé aux piétons, la mise à jour d'OpenStreetMap a immédiatement été faite le jour où c'est devenu officiel ; même chose pour les changements récents à Gand. Google Maps a bien sûr également fait la mise à jour mais cela a pris des semaines, parfois des mois ... et cela mène évidemment à des problèmes (navigation, routage, ...).

Les pays en développement sont également un bon exemple de la force de la communauté : les organisations humanitaires (comme Médecins Sans Frontières, la Croix-Rouge, ...) ont souvent besoin de cartes pour préparer et coordonner leurs actions sur le terrain. Cela coûte généralement très cher d'acheter des cartes de ces régions (pour autant que ces cartes existent). Elles ont donc décidé d'utiliser OpenStreetMap. Elles font appel à nous de manière régulière pour cartographier les régions du Monde où elles doivent intervenir.

Exemple de la différence entre OpenStreetMap et Google Maps dans la région de Kathmandou : Comparaison entre OpenStreetMap et Google Maps à Kathmandou

C'est bien beau tout ça mais passons à la technique ...

Il existe un nombre gigantesque de librairies et outils utilisant les données OpenStreetMap.

Si vous cherchez un fond de carte, il y a un nombre (presque) infini de solutions en fonction de vos besoins (carte standard, carte cycliste, carte liée à l'accessibilité, ...). Jetez un coup d'oeil sur le wiki : https://wiki.openstreetmap.org/wiki/Tiles#Servers et si vous voulez jouer avec des Vector Tiles, allez voir https://openmaptiles.org/.
OpenStreetMap Belgique propose également son propre fond de carte pour la Belgique et les pays limitrophes : https://tile.osm.be/.

Si vous cherchez une API de géocodage, allez voir Nominatim : https://nominatim.openstreetmap.org/.

Si vous cherchez un algorithme de routage, jetez un coup d'oeil à OSRM (http://project-osrm.org/), GraphHopper (https://www.graphhopper.com/), Itinero (http://www.itinero.tech/), ...

Tout ce qu'il est possible de faire avec Google Maps est possible avec OpenStreetMap et (presque) aussi facile à mettre en place !

Vous pouvez trouver plus d'information sur le site https://switch2osm.org/ !

Vous pouvez aussi allez voir les librairies développées par Mapbox : https://www.mapbox.com/help/how-web-apps-work/.
C'est probablement le moyen le plus simple de migrer de Google Maps à OpenStreetMap : les libraries et API développées par Mapbox vous fournissent toutes les fonctions fournies par Google Maps (fond de carte - vous pouvez même choisir vos propres styles -, routage, géocodage, ...) et sont toutes basées sur les données OpenStreetMap. La plupart des produits développés par Mapbox sont open-source mais certains services et fonctions présentent un inconvénient, vous devrez payer si vous dépassez la limite du nombre de requêtes gratuites.


Un peu plus de lecture (et les sources utilisées pour rédiger cet article) :

En Français :

En Anglais :

Géocaching et chasse au trésor numérique sans connexion avec OsmAnd

Posted by EddieJ on 9 July 2018 in French (Français)

L’essentiel des activités de Géocaching se fait via la société Groundspeak, qui gère le site web Geocaching.com. Tout un écosystème et ses communautés est construit autour et ça fonctionne très bien. Le géocaching nécessite normalement:

  • un “GPS” ou un smartphone avec la fonction GPS activée
  • l’application officielle (ou une autre) installée
  • un compte utilisateur
  • une connexion internet active

Il s’agit ici de conserver le principe mais de pouvoir organiser des chasses aux trésors ne nécessitant pas de compte utilisateur ni de connexion internet.

capture d'ecran OsmAnd

Ce type de chasse au trésor avec un support numérique peut parfaitement être mis en place en dehors de l’écosystème de Groundspeak. Par exemple si l’on ne souhaite pas installer des géocaches référencées par Geocaching.com. Ou même pas de géocache du tout, si on veut plutôt créer une forme de course d’orientation avec des balises, ou un parcours découverte. Et si on veut utiliser son smartphone comme on veut.

Il y a plusieurs solutions possible. Ici j’en présenterai UNE, qui se veut :

  • (relativement) simple
  • (normalement) gratuite
  • qui fonctionne hors connexion à Internet

Elle utilise une application open source, OsmAnd, qui utilise des données libres, celles issues de la base ouverte et collaborative Openstreetmap.

La suite sur le blog de Zoomacom : Géocaching et chasse au trésor numérique sans connexion internet

Ma participation aux ateliers régionaux de formation cartographie numérique et SIG libres (Lomé, mai 2018)

Posted by luckpogbe on 1 July 2018 in French (Français)

Du 14 au 25 mai 2018, c’est tenu à Lomé un atelier de renforcement de capacités organisationelles et techniques en Cartographie numérique OpenStreetMap et SIG Libre. L’association OpenstreetMap du Bénin à été representé par quatres (4) de ses membres: PhidiasAZO, sahadou, Témitokpè ADEICHAN et moi-même L’atelier a été mise en oeuvre par des experts de l’Association LesLibresGeographes (LLG), en collaboration avec le PEOF (Projet Espace OpenStreetMap Francophone) et soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie(OIF). Cette formation a réuni 25 formateurs des Communautés OpenStreetMap d'Afrique de l’Ouest et de la France. Ces ateliers étaient orienté sur deux aspects : aspects organisationnelles et techniques.

Sur le plan organisationnel, c’était l’occasion pour certains mappeurs d’appprendre entre autres: les différents outils et méthodes de Gestion Axée sur le Résultat, écriture de projet de formation, le reporting financier etc...et pour d’autres c’était là l’occasion d’un rappel et de consolidation des connaissances sur ces sujets très important dans l’animation du projet OpenStreetMap. cliquer ici

Sur les aspects techniques, nous avions travaillé sur les IDS, introduction au logiciel de statistique R et bien d’autres aspects techniques. cliquer ici

Ces deux semaines d’atelier furent une très belle opportunité de partage d'expériences, d'acquisition de nouvelles connaissances et compétences. Photo Photo Photo

Location: 6.176, 1.213

OSCAL 2018 - Première présentation publique, dans un "ancien mausolée"

Posted by jbelien on 3 June 2018 in French (Français)

Si vous suivez mes "aventures", vous savez probablement qu'en 2017 j'ai fait la rencontre des membres d'Open Labs, un hackerspace situé à Tirana en Albanie et j'ai eu la chance d'aller assister à la conférence qu'ils organisent tous les ans : OSCAL (Open-Source Conference Albania).

Entre temps, j'ai la chance d'être devenu membre d'Open Labs et de travailler avec les autres membres sur certains projets dont le GéoPortail.
L'idée de ce géoportail est de publier de manière simple les données fournies par la Muncipalité de Tirana (bâtiments, rues, lignes et arrêts de bus) pour que le grand public puisse consulter ces données mais surtout pour que les contributeurs d'OpenStreetMap puisse avec accès à toutes ces données de manière aisée dans les éditeurs de la base de données OpenStreetMap (principalement iD et JOSM).

Cette année, le lieu où se passe OSCAL ne pouvait être plus emblématique : la Pyramide !
Située en plein centre de Tirana, la Pyramide a été construite fin des années '80 et avait pour but de devenir un musée à la gloire de l'ancien dictateur Enver Hoxha 3 ans après la mort de celui-ci, 3 ans après la mort de celui-ci. Le musée n'a jamais ouvert et la pyramide sert aujourd'hui de centre de conférence et d'exposition.

En un an, je me suis rendu plusieurs fois à Tirana et donc je connais (un peu) mieux la ville et ai donc cette année vraiment plaisir à traverser la ville entre mon AirBnB et la Pyramide sans avoir besoin de carte ou demander mon chemin ! Bon, il faut aussi avouer que c'est assez difficile de rater la Pyramide et que quasiment toutes les routes principales y mènent !

Le programme de la conférence cette année est aussi riche que l'année passée : des dizaines d'orateurs venant des 4 coins du Monde pour présenter des sujets tous les plus variés les uns que les autres !
Vraiment très heureux de voir plusieurs présentations au sujet d'OpenStreetMap, dont la mienne bien sûr ! Le sujet de ma présentation était "Comment améliorer OpenStreetMap avec des données officielles ? En particulier, à Tirana". L'idée était de présenter brièvement OpenStreetMap, expliquer comment Open Labs est parvenu à faire signer à la Municipalité de Tirana un accord pour l'utilisation de leurs données (bâtiments, rues, arrêts et lignes de bus) et enfin expliquer comment nous avons construit le géoportail et comment l'utiliser !
Très nerveux car c'était ma première présentation devant une audience mais cela s'est heureusement très bien passée. Vous pouvez retrouver ma présentation ici : https://jbelien.github.io/talks/how-to-improve-osm-with-official-open-data-tirana-use-case/.

Et mention spéciale pour la présentation de Jos Weyers sur l'"impression de clé", l'une des plus intéressantes et amusantes présentations qu'il m'a été donné de voir toutes conférences confondues. Vous pouvez retrouver une des présentations précédentes sur le même sujet sur YouTube.

Un tout grand merci aux organisateurs et aux volontaires, c'était à nouveau un succès ! A l'année prochaine sans faute !

Location: 41.323, 19.822

concerne garmin nuvi 42 LM plus

Posted by spiderman85 on 1 June 2018 in French (Français)

gps en anglais au lieu de français. problèmes?

Location: 46.256, 1.793

Césure - Part 2

Posted by Paul Malfoy on 30 April 2018 in French (Français)

Départ - 8 avril 2018

Location: 48.845, 2.306

Chemin Sud-ouest Montluçon

Posted by N005 on 21 April 2018 in French (Français)

Bonjour, Je travaille sur les chemins (modification, suppression et ajout) de Montluçon Sud-Ouest (Quinssaines, Prémihat, Lepaud...) N005

Open Labs GeoPortal

Posted by jbelien on 2 April 2018 in French (Français)

https://geoportal.openlabs.cc/

Après avoir rencontré la communauté albanaise et assisté à leur conférence OSCAL (Open Source Conference Albania) (voir mon article sur le sujet, j’ai décidé de devenir membre d’Open Labs.

J’avais appris lors de discussions avec les membres d’Open Labs qu’ils étaient parvenus à signer un accord avec la Municipalité de Tirana pour que celle-ci leur fournisse divers lots de données (rues, batiments, batiments administratifs, …) et que ces données pouvaient être mises à la disposition de la communauté OpenStreetMap.
Entre temps, nous avons également reçu les lignes et arrêts de bus.

Etant donnée que la cartographie, c’est un petit peu mon métier et que je suis contributeur OpenStreetMap, l’idée de faire quelque chose de ces données m’a tout de suite excité. J’ai donc proposé de les aider à mettre en ligne un service pour que tout le monde puisse utiliser facilement ces données pour améliorer les données OpenStreetMap.

Avec l’aide de quelques membres pour comprendre ce que sont ces données (mon Albanais est encore loin d’être parfait), j’ai donc développé le “Open Labs Geoportal”. Ce portail permet donc d’intégrer facilement les données provenant de la Municipalité de Tirana dans les éditeurs de données OpenStreetMap. Il utilise évidemment uniquement des solutions open-source (MapServer, MapCache, …) et est lui même open-source (voir lien GitHub).

Si vous avez envie d’en savoir plus, je vous invite à aller lire l’article publié sur le site d’Open Labs en anglais (https://openlabs.cc/en/intro-geoportal-tirana-en/) ou en albanais (https://openlabs.cc/intro-geoportal-tirana-sq/).

Le code source est disponible sur GitHub : https://github.com/OpenLabsHackerspace/openlabs-geoportal

Location: 41.327, 19.818

Rencontre OpenStreetMap namuroise du 27 mars 2018

Posted by juminet on 28 March 2018 in French (Français)

Petit-compte rendu de cette rencontre, placée sous le thème OSM et (Grandes) Randonnées.

Cela fait un petit temps que l’idée d’une collaboration officielle entre OSM et l’association Sentiers de Grandes Randonnées (SGR) a été émise, à l’instar de la collaboration entre le Grote RoutePaden / OSM. Nous en avons rediscuté, sachant que le SGR est ouvert à rendre les traces des sentiers GR disponibles pour leur introduction dans OSM. Une introduction qui devra se faire en tenant compte de l’existant, étant donné que des relations partielles existent déjà pour cartographier les GR. On s’est d’ailleurs demandé si on pouvait faire une relation de relation.

Il y a eu quelques discussions autour des tags à utiliser pour bien caractériser les sentiers, la différence entre sentier (highway=path) et chemin (highway=track), qui est notamment conseillé sur cette page des conventions en Belgique. Une autre page utile est celle sur la manière de cartographier les itinéraires balisés. On a discuté aussi l’emploi du tag sac_scale pour caractériser la difficulté du sentier.

Deux outils utiles pour la cartographie en forêt, toutes deux disponibles dans les couches de l’éditeur JOSM :

  • la couche Hillshade de la région wallonne, idéale pour les petites variations du relief : ruisseaux, chemins, levées de terres, aire de fauldes, etc.
  • Les couches Strava, qui agrègent les traces GPS de milliers de coureurs à travers le monde. Elles sont malheureusement disponibles à une moins bonne résolution qu'auparavant depuis peu.

Enfin, deux responsables de Interface3Namur nous ont présenté le salon Evolutic où les contributeurs OSM tiendront un stand, et sans doute, une cartopartie. Evolutic est un salon destiné à faire découvrir le numérique au plus grand nombre, en particulier des publics qui n’y est pas habitué. OSM y aura donc toute sa place ! Le salon a lieu le vendredi 4 mai à Namur.

Location: 50.474, 4.863

Atelier de formation openstreetmap à Ladji, un quartier de Cotonou

Posted by luckpogbe on 27 March 2018 in French (Français)

Dans le cadre de l’exécution du projet ‘MAP & JERRY’ initié par l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), j’ai eu l’occasion de former avec un collectif de mappeurs béninois des jeunes d’un quartier déshérité de Cotonou à l’utilisation de openstreetmap. La formation était destinée aux jeunes du quartier Ladji à Cotonou. Ladji est un quartier pauvre situé en plein cœur de la ville, au bord de la lagune, mais ne figure sur aucune carte.

Le but de cette formation était de former des habitants de ce quartier afin qu’ils cartographient eux-mêmes leur environnement. Ainsi, 36 jeunes ont été formés à l’utilisation des techniques et méthodes de cartographie avec openstreetmap. La formation a duré 10 jours, du 12 au 23 mars 2018. L’objectif principal de cet atelier était d’amener immédiatement ces jeunes à être capable de produire la donnée de qualité dans la base de données openstreetmap.

Nous sommes partis de la création de comptes openstreetmap aux participants, ensuite, à la découverte et à la prise en main de Java openstreetmap (JOSM). Pour l’édition des données, nous avons choisi de montrer que josm, compte tenue des conditions de connectivité à internet limité dans nos milieux. Nous avons ensuite montré comment utiliser les applications mobiles pour collecter de la donnée openstreetmap sur le terrain. Les smartphones sont de plus en plus accessibles à un grand nombre de personnes. Il est donc important d’apprendre aux gens comment collecter de la donnée facilement avec leurs smartphones. Ainsi les participants ont été formés à l’utilisation de : Osmtracker; osmAnd; Maps.me; Mapillarry. A la fin des 10 jours de formation, les jeunes ont pu faire la cartographie de leur quartier. Ladji est représenté désormais sur la carte de base de Cotonou : quartier Ladji

A la fin de la formation, il est prévu que les jeunes de Ladji continuent à cartographier, de sorte à améliorer les données existantes.
Photo

Location: 6.391, 2.430

Compte-rendu de formation technique et organisationnelle à Dakar

Posted by sev_osm on 20 March 2018 in French (Français)

Un changement de dernière minute ayant libéré mes deux premières semaines de mars, j’ai donné du samedi 10 au mardi 13 une formation de 4 jours à destination des mappers les plus avancés de la communauté OSM SN dakaroise, dans le cadre d’une action bénévole organisée et soutenue par l’association Les Libres Géographes dont je suis l’un des membres fondateurs. Les deux premières journées ont eu lieu au CEDT-G15, les deux dernières à l’IRD de Hann Maristes, deux structures qui font partie des lieux qui accueillent volontiers des activités OSM, ce dont nous les remercions tous chaleureusement.

La formation comportait deux dimensions, techniques et organisationnelles, qui ont été abordées en alternance sur les 4 jours, avec des reprises d’un jour à l’autre par l’un des participants, afin de favoriser l’assimilation et au besoin de pouvoir revenir sur un point.

La dimension technique de l’atelier

L’un des principaux objectifs de cet atelier de formation était de donner les moyens aux participants de produire une donnée OSM de meilleure qualité. Un premier axe de travail a consisté à simplement perfectionner leur œil de cartographe, afin qu’ils soient capables de :

  • repérer de suite ce qui est suspect dans la donnée existante, comme la taille et la forme des bâtiments ou les vides dans un quartier urbain pourtant dense
  • analyser un paysage urbain et le reproduire le mieux possible sur la carte, notamment lorsqu’il est très organisé (alignements, lotissements réguliers, etc.), ce dont ne rend pas compte une cartographie incomplète de bâtiments peu précis, même si dessinés avec le greffon building_tool, ou la juxtaposition de « boites à chaussures » sans détails, peu appréciées du groupe de travail Data de la Fondation OSM

Nous avons passé du temps sur des outils essentiels de qualité, souvent trop peu utilisés, pour vraiment se les approprier : le validateur de JOSM (pas seulement sur ses propres éditions, mais sur l’ensemble de sa zone de travail) et Osmose, toujours sur des zones de travail connues et parcourues au quotidien. Chacun a pu mettre tous ces aspects en pratique dans son quartier de résidence et y améliorer grandement la carte OSM.

De longs moments ont également été consacrés à la bonne utilisation des différentes imageries disponibles sur Dakar : Bing, ESRI World Imagery et Pleiades 2017. Nous avons vu comment déterminer la date de capture si celle-ci n’est pas connue, comment gérer les décalages de géoréférencement, les devers plus ou moins prononcés, quels attributs pour renseigner sur la source ou la période de construction. La récupération de l’URL de l’imagerie Pleaides disponible depuis l’IDS Francophone Libre (et bientôt directement depuis JOSM) a fourni l’occasion d’aborder les Infrastructures de Données Spatiales et découvrir geOrchestra.

Une session de découverte d’Overpass a permis aux participants de découvrir ou redécouvrir ce requêteur/extracteur en ligne de la donnée OSM, et son adaptation dans QGIS avec QuickOSM. J’ai montré comment il peut notamment servir à suivre les évolutions d’une cartographie de terrain, comme par exemple celle de Sunu Gox, et constituer ainsi un outil qui contribue également à la qualité et la complétude de la donnée.

Des applications Android récentes, utiles tant pour le formateur que le cartographe ont aussi été abordées :

  • AirDroid pour projeter l’écran de son smartphone lors d’une formation sur une application mobile,
  • StreetComplete (sur le terrain lors d’un retour de déjeuner) pour cartographier le nom, la surface, la limite de vitesse et l’éclairage des rues
  • Mapillary, déjà connue mais qui bénéficie désormais d’un chapitre dans le « Guide de la Géomatique Libre et de la donnée ouverte ». Nous avons vus la prise de vue en mode automatique basée sur la distance depuis un véhicule et la visée de biais que j’avais testée avec succès il y a quelques semaines. J’ai saisi l’occasion de faire un don d’un pod qui m’avait été transmis par Mapillary à Moussa Diouf, qui l’utilisera dans les véhicules de la mairie de Rufisque.

La dimension organisationnelle de l’atelier

Le camp a été l’occasion de présenter à nouveau l’action et l’approche des Libres Géographes depuis 2012 en termes de construction de capacités OSM locales : si un renforcement technique est bien sûr indispensable, il doit également s’accompagner d’un renforcement organisationnel au sens large. Dans le peu de temps que nous avions, l’aspect organisationnel a surtout porté sur deux axes.

Le premier a consisté à présenter l’écosystème OSM, qu’il soit mondial, régional ou local, la manière dont s’articulent collectifs informels, associations nationales, transnationales comme Projet Espace OSM Francophone et opérateurs économiques. Un temps conséquent a été consacré à la Fondation OSM, souvent méconnue (en partie dû au fait que sa documentation et ses échanges sont faits en anglais) : son organisation, son rôle, ses groupes de travail, et ses actions et fait ensemble une revue commentée des dernières minutes de la réunion mensuelle de son bureau bénévole (qui a lieu en phonie sur Mumble et est ouverte au public). Présentations et échanges ont abordé également les State Of The Map monde, régionaux (SOTM Africa ou SOTMBF 2015) ou locaux. Les aspects légaux d’OSM ont aussi été discutés à travers la page wiki de FAQ qui leurs sont consacrés. Sur les questions de tags OSM manquants dans le contexte africain, j’ai encouragé à s’abonner et participer à la nouvelle liste francophone tagging-fr qui est justement conçue pour cela. En tant que deuxième plus gros contributeur depuis 6 mois aux traductions en français de HebdoOSM (que la plupart des présents lisent régulièrement), j’ai également montré comment fonctionnait la contribution volontaire à ce projet communautaire indépendant de la Fondation OSM.

Le deuxième axe organisationnel a été centré sur la présentation et la discussion des "Communs organisationnels" en partie forgés au Sénégal en 2014 avec le concours de l’OIF. Ils regroupent différents documents génériques d’appui à la structuration associative et coopérative de communautés en cartographie numérique libre (OSM) dans une perspective d’économie sociale et solidaire : modèles de note de projet, de budget, de rapports technique et financier, ainsi que des documents de support présentant les structures OSM existantes, une typologie d'usages économiques d’OSM, une offre technique bâtie sur OSM couplée à un guide pour la mise en œuvre d’activités OSM ainsi que des conseils de communication. Certains de ces documents ont été passés en revue, là encore sur deux jours, pour revenir sur l’assimilation de la veille et aborder de nouvelles questions.

J’aurais souhaité qu’il y ait un peu plus de participants, mais les présent-e-s étaient particulièrement motivé-e-s, ce qui est le plus important. La formation s’est déroulée dans une ambiance à la fois studieuse et chaleureuse (nous avons partagé aussi de bons moments à l’heure du déjeuner autour d’un thiep, d’un C’est bon ou d’une soupou kandja !) et chacun a pu présenter son parcours passé et actuel dans OSM.

J’ai notamment été impressionné et heureux de savoir que Moussa Diouf, responsable de la gestion de déchets à Rufisque, qui planifie depuis longtemps ce travail à l’aide d’OSM, a engagé un ancien élève du BTS géomatique qui réalise désormais des cartes de belle facture avec la donnée OSM, et promeut en interne une cartographie complète de la commune ; ou qu’Alpha Diallo, ancien du G15 également, a publié sur OSM plus de 900 POI sur la commune de Biscuiterie, issus de son projet intégrateur de fin de BTS. Je suis convaincu que le temps passé ensemble aura renforcé toutes les personnes présents dans leurs activités liées à OSM, et qu’elles sauront retransmettre ces éléments techniques et organisationnels au sein de la communauté OSM Sénégal.

Risques liés à l'édition à proximité de lignes électriques haute tension (note humoristique)

Posted by PierZen on 6 March 2018 in French (Français)

Le territoire québécois est sillonné par des milliers de kilomètres de lignes électriques 735KV. De nombreuses routes croisent ces lignes et il y a souvent des sentiers à proximité. Lors du suivi des éditions sur ces lignes électriques, je me suis rendu compte que de nombreux contributeurs ne regardent pas autour d'eux lorsqu'ils éditent et connectent souvent les routes et sentiers aux lignes électriques.

Risques liés au montage de lignes électriques haute tension à proximité

Permettez-moi de décrire un cas intéressant

Il y a quelques années, un parc pour chiens a été ajouté à la base OSM ainsi qu'un stationnement à proximité sous une ligne électrique de 735KV. Sur le boulevard voisin, le tronçon de raccordement entre les deux côtés du boulevard a été déplacé à proximité et connecté à la ligne électrique 735KV. Par la suite, un spécialiste d'un partenaire OSM d'outils de navigation routière faisant systématiquement le suivi de l'édition des réseaux routiers a édité «sans regarder de côté» le tronçon de «highway=tertiary» à «highway=tertiary_link».

Permettez-moi de vous mettre en garde. Il est assez dangereux d'éditer de cette façon et je pense que ces contributeurs devraient davantage regarder autour d'eux! Si l'Analyse de Qualité est ainsi faite automatiquement et étroitement par les humains, devrions-nous ajouter de l'intelligence artificielle dans les éditeurs pour détecter de tels problèmes, et pourquoi pas, donner un léger choc électrique aux contributeurs!

Heureusement, ces contributeurs éditent toujours OSM. Espérons que personne n'a perdu son chien, celui-ci mettant la patte sur la ligne électrique! Et qu'ils n'oublieront pas en éditant dans le monde virtuel «de regarder autour d'eux».

Location: 45.698, -73.897

aire et parking camping car

Posted by kabaod on 1 March 2018 in French (Français)

aires et parkings camping car

y a t'il un Logo, je ne trouve pas merci