OpenStreetMap

Diary Entries in French

Recent diary entries

Le jeudi 12 janvier 2017, initiation au géocaching avec les CM1/CM2 de Villevieille

Posted by Amélie on 12 January 2017 in French (Français)

Dans le cadre du projet de découverte du patrimoine de la Communauté de Communes du Pays de Sommières par le géocaching, les élèves de CM1 / CM2 de l’école de Villevieille ont été initiés à cette chasse au trésor moderne.

C’est équipé de smartphones ou de tablettes que les élèves sont partis à la recherche de quatre caches dans les rues et chemins de leur commune. Ils ont décodé des énigmes en observant le patrimoine, pour trouver les coordonnées géographiques des caches. Ils ont appris à les saisir dans l’application OSM And et à lire la carte pour se rendre vers les points d’intérêt recherchés.

Ce parcours basé sur les caches du jeu www.geocaching.com allait du temple au Château en passant par le lavoir pour terminer à Font Ronde, certains enfants ont redécouvert le patrimoine et les paysages de leur village. Ils ont fait durant quelques heures de l’histoire, de la géographie ou même des mathématiques, sans même s’en rendre compte.

L’objectif global du projet est de créer cinq parcours de découverte du patrimoine, basé sur le géocaching, dans les villages de Junas, Crespian, Lecques, Calvisson et Villevieille. A Villevieille, le parcours sera réalisé par les élèves de la classe qui choisiront les points d’intérêts patrimoniaux qu’ils trouvent les plus intéressants.

Ce projet collaboratif sera l'occasion de compléter et d'enrichir la carte OpenStreetMap des communes concernées.

Si vous souhaitez en savoir plus, rendez-vous sur Wiki Garrigues : http://www.wikigarrigue.info/wakka.php?wiki=GeocachingPS2016

Location: Chemin Canta É Ris, Villevieille, Nimes, Gard, Occitanie, 30250, France

Projet Bonaventure

Posted by AV31 on 9 January 2017 in French (Français)

Pour les tunnels entre l'A-720 et les rues Duke et Nazareth, ils devraient être ouverts le 12 janvier d'après www.quebec511.info. Veuillez noter que cette date d'ouverture a été reportée à plusieurs reprises.

Le terrain entre les rues Duke et Nazareth sera transformé en parc. Les travaux sont prévus à l'été 2017.

For the tunnels between I-720 and Duke and Nazareth st., they should open on January 12 according to www.quebec511.info. The open date has been postponed many times.

The work for the park between Duke and Nazareth st. is supposed to begin next summer.

AV31

Contributeur du mois: Philippe Verdy (France)

Posted by escada on 22 December 2016 in French (Français)

English text

Niort Jeffdelonge (Own Work) [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html) undefined CC BY-SA 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons

Qui êtes-vous ?

Je vis actuellement près de Niort (centre-ouest de la France) depuis quelques années, mais j'ai vécu dans d'autres endroits : Rennes (lieu de naissance) et sa périphérie nord, Paris et sa proche périphérie nord-ouest, et travaillé dans divers endroits en Europe (dont Londres, Hambourg ou Milan) et dans le proche-orient. Je suis ingénieur informaticien, spécialisé dans le développement et la maintenance des applications de bases de données relationnelles, la conception et la compilation de langages informatiques et l'algorithmique (mais je travaille avec de nombreuses technologies et langages informatiques), et je m'intéresse beaucoup à la localisation/l'internationalisation en participant depuis de nombreuses années au développement d'Unicode et des standards et normes de l'Internet. J'ai travaillé principalement dans des domaines liés aux télécommunications, l'encodage de l'image et la vidéo, la sécurité des plateformes, la presse et les médias, la publicité, la facturation, la gestion et la planification commerciale, et la logistique. Ma langue native est le française et je pratique couramment la langue anglaise, mais je peux lire et travailler avec la plupart des langues actuelles du monde (avec seulement quelques difficultés pour l'Arabe, mais je sais comment travailler avec et suis totalement familiarisé avec la problématique des écritures bidirectionnelles)... et quelques langues mortes aussi (latin, grec classique) Et en dépit de leur apparente complexité scripturale, le chinois ou le japonais sont assez aisés pour travailler avec, et même parvenir à produire des textes simples (les langues européennes sont en fait bien plus complexes, y compris l'anglais ! ). Mon pseudonyme sur le site/la base de données OSM et sur le wiki OSM est simplement une forme abrégée de mon nom réel.

Quand et comment avez-vous découvert OpenStreetMap ?

Je ne me souviens pas exactement, c'était il y a quelques années. Je pense avoir vu quelques liens ou discussions dans Wikipédia ou dans des recherches de cartes sur Internet. Je travaille encore selon les moments sur Wikipédia, le Wiktionnaire, Wikisource, (MediaWiki wiki, Métawiki, Commons, principalement pour structurer et indexer leur contenu et aider à leur internationalisation) et maintenant aussi sur Wikidata.

Que cartographiez-vous ? Y a-t-il des différences depuis vos débuts ?

J'ai régulièrement été intéressé dans des projets cartographiques complexes couvrant de larges zones, mais je vise des endroits plus précis quand je vois de sérieuses anomalies sur la carte OSM. Je n'ai pas d'endroit réellement dédié sur la carte OSM. Parfois je vais faire des ajustement très locaux (corriger certains noms ou ajouter certains noms manquants, accroître la précision, mais je regarde des zones qui réellement ont besoin de beaucoup de travail. J'ai participé à la cartographie de nombreuses frontières en France, Belgique, Espagne, Portugal, et certains pays africains (Maroc, et Burkina Faso depuis plusieurs mois) en cherchant diverses sources et en les compilant et comparant.

Burkina Faso in OSM BoundariesBurkina Faso in OSM Boundaries

Comment cartographiez-vous ?

Je pratique rarement la cartographie sur le terrain. Je vais cartographier certaines zones locales selon ma connaissance locale et mon expérience récente. La plupart du temps je travaille sur OSM depuis chez moi. J'ai trouvé que les GPS ne sont pas du tout nécessaires dans ma région en France, où il existe des sources plus précises (et plus étendues par leur couverture) et avec une qualité plus uniforme (Je pense que la carte du monde sur OSM devrait traiter toutes les zones avec le même niveau (croissant) de qualité et de complétude, mais je pense aussi que des zones moins peuplées et moins développées auraient besoin de davantage d'aide extérieure. Il y a de très nombreux autres contributeurs moins expérimentés qui ne se focaliseront sur des zones plus locales que si la structure générale est déjà présente et leur est déjà utile. Malheureusement dans ma région actuelle (assez rurale), il n'y a pas beaucoup de participants à rencontrer régulièrement (et parfois des conflits temporaires seront inévitables lorsqu'on travaille depuis des lieux éloignés). Pour l'assurance qualité j'utilise plus fréquemment Osmose et le validateur de JOSM.

Comment menez-vous vos relevés sur le terrain ?

Pas de méthode réellement applicable. Cela demanderait des rencontres locales.

Où cartographiez-vous ? Localement, HOT ?

Partout où c'est nécessaire et probablement le plus urgent (pas difficile à déterrer sur la carte !) ou quand il y a des changements récents importants à réaliser.

Quel est votre plus grande réussite en tant que cartographe ?

Comme mon travail est dispersé sur de nombreuses zones, il n'y a pas de choses réellement à montrer qui soit facilement identifiable à mon travail passé. En fait j'ai toujours vu d'autres cartographes participer autour dans les mêmes zones. Je ne tirerai donc pas la couverture à moi seul quand en fait ce que je réalise est de permettre à plus de participants de commencer à mieux travailler et trouver leur voie sur OSM pour continuer le travail (je ne considérerai jamais mon travail fini). La documentation est très importante, mais mon meilleur résultat est sur le wiki OSM que j'ai patiemment rendu réellement international avec plus de langues prises en charge et correctement indexées et navigables, pour faciliter le travail des traducteurs (qui auront moins besoin de régler des détails techniques compliqués), ce qui permet a plus de personnes partout dans le monde de contribuer utilement aux données cartographiques OSM dans leur région en utilisant la langue avec ils sont le plus à l'aise, et de mieux apprendre comment utiliser OSM et ses outils ou simplement trouver plus de coopérations et de soutiens locaux pour leurs activités.

Pourquoi cartographiez-vous ? Qu'est-ce qui vous motive ?

Je cartographie et aide les cartographes parce que je suis excédé de voir les anciennes cartes propriétaires obsolètes et de voir Google Maps prendre la tête sur toutes les choses sur ce terrain et filtrer ses résultats (ou ses propres stratégies commerciales) juste pour promouvoir des choses que seules les sociétés les plus larges et les plus influentes accepteront de payer à Google pour être vues sur sa carte. Et en dehors de ceci, de nombreuses zones dans le monde (et même dans des zones rurales délaissées dans des pays plus développés) ont besoin de cartes précises pour leur développement local, pour une planification améliorée et plus efficace pour pour l'organisation du travail et des activités culturelles.

Quelle est la partie la plus difficile en cartographie ?

Les parties les plus difficiles sont celles concernant de larges zones. Elles nécessitent des outils qui ne sont pas accessibles aux éditeurs en ligne (Potlatch et maintenant iD). Apprendre à utiliser un autre éditeur (tel que JOSM) n'a pas été difficile pour moi, mais il est vrai que je dispose d'un bagage technique diversifié et que je ne suis pas effrayé par certains détails techniques. Rester motivé peut être parfois plus difficile et quelque peu frustrant quand d'autres personnes ne comprennent pas la masse énorme de travail que représente les corrections de détails techniques et qu'ils voient divers petits changements mineurs qui ne leur semble pas utiles dans leurs perspective locale.

Quels sont vos plans de cartographie dans un futur proche ?

J'espère terminer toutes les communes du Burkina Faso (j'en ai délimité la plupart, sommairement sur la base de listes de villages, faute de données plus précises, mais en suivant certains éléments naturels quand ils sont visibles, tels que les rivières ; ces données restent approximatives mais avec une précision qui ne devrait pas dépasser le kilomètre : les contributeurs locaux peuvent toujours affiner, il manque notamment encore des villages non géolocalisés) et finir de lister et géolocaliser plus précisément tous leurs villages (nombre d'entre eux ont été massivement importés avec trop d'erreurs et confusions depuis des bases de données qui n'ont en fait jamais été vérifiées et comparées avec d'autre sources). L'ajout d'éléments naturels importants (notamment les fleuves et rivières) sera aussi très utile. Je continuerai à travailler sur les réformes administratives plus larges. La France restera une zone favorite (mais maintenant que la France a de nombreuses sources de données ouvertes libres à la fois précises et étendues, une plus grande part de ce travail sera réalisé avec des outils spécifiques). Améliorer la documentation me parait plus important pour organiser la façon dont se fera le travail localement et globalement, et pour expliquer pourquoi certaines décisions ont été prises dans le passé et savoir lesquelles pourraient être déclassées.

Avez-vous des contacts avec d'autres cartographes ?

Sur le wiki, sur la liste de diffusion OSM en français, sur les discussions du site OSM.

Utilisez-vous vous-même OpenStreetMap ? Comment ?

Oui pour divers projets (je ne peux pas parler sous mon nom des projets privés), y compris pour aider des associations locales à intégrer une carte sur leur site (sans avoir à payer Google, ni dépendre de la décision de Google de les masquer !)

Faites-vous d'autres choses que la cartographie qui soit liées à OpenStreetMap ?

Wikidata, de la classification géographique et quelques images sur Commons ou Wikipédia.

Pour conclure, y a-t-il autre chose que vous voulez mentionner ?

Parlons-nous quand on a des problèmes ou quand on ne comprend pas certaines choses. Et donnons plus de pouvoirs et de moyens aux contributeurs pour ajouter ce qu'ils veulent voir et promouvoir. Cette carte OSM est pour tout le monde et non destinées seulement à quelques officiels.

Exemple de Contribution à OSM accessible aux débutants

Posted by Niconil on 19 December 2016 in French (Français)

Il s'agit "d'amener OSM" chez tout le monde. C'est à dire de ne plus laisser de maison sans route à proximité Ce sont des contributions simples il suffit en général de rajouter un chemin en s'inspirant des données du cadastre et de l'BDOrtho IGN

1- détection se rendre sur : http://tile.openstreetmap.fr/~cquest/leaflet/bano.html#9/43.8216/1.4227

laisser le rendu par défaut mais cocher 'QA' zones à compléter à l'aide du menu en haut à droite de la page web

2- le but est de guérir de cette rougeole chaque tache rose correspondant à un carreau d'1 hectare ou l'INSEE a recensé des résidents mais sans pour autant qu'il y a de chemin y arrivant (c'est probablement le signe d'une route manquante dans OSM)

3- repérer le secteur à corriger puis ajouter le highway (chemin) manquant avec votre éditeur préféré vous avez le bouton en bas à droite pour travailler directement dans votre éditeur préféré

les symptomes disparaitront (le carré rose disparaitra) lors du controle suivant (délai de qqes jours)

supplément : il y a une maladie similaire (signalée en bleu cyan au lieu du rose précédent) présence de population dans un carreau mais absence de batiment (c'est probablement le signe d'un batimant manquant dans OSM) il faut rajouter le 'building' manquant cependant si beaucoup de bati manque sur une même commune, la tâche d'import du bâti n'est pas recommandée pour quelqu'un qui est un apprenti contributeur

pour en savoir plus : le wiki (comme d'hab) https://wiki.openstreetmap.org/wiki/FR:Servers/tile.openstreetmap.fr#Couche_.22Zones_.C3.A0_mapper.22

Un outil de comparaison de carte

Posted by Niconil on 18 December 2016 in French (Français)

on peut retrouver ces liens à partir d'une recherche internet : osm map compare

http://mc.bbbike.org/mc * propose entre autre le rendu osm-fr (et beaucoup d'autres) * possibilité de personnaliser la page avec le lien console en bas de page !!

http://tools.geofabrik.de/mc * idem mais beaucoup moins configurable (au cas où le lien précédent devenait inactif)

J'ai trouvé le chaînon manquant !

Posted by Virgile1994 on 12 December 2016 in French (Français)

Comme vous le savez peut-être, je penche depuis un bout de temps sur une amélioration du schéma actuel de cartographie des transports en commun. Outre diverses clés et valeurs pour préciser le niveau de service des lignes, et les informations disponibles aux arrêts, e principal point de ma proposition consiste en une division de ce qui est aujourd'hui représenté par public_transport=platform. Aujourd'hui, ce tag peut designer un quai, un poteau d'arrêt ou un abri. Ma proposition utilise des tags différents pour chacun e ces cas. Or en pratique, le poteau est toujours sur le quai non ? Pourquoi les séparer alors ? Hé bien parce que le poteau peut ne pas être sur le quai ! Samedi dernier, lors d'une visite à Milan, j'ai rencontré un arrêt de ce genre. Le tramway circulant au centre de la chaussée, le quai est en îlot au milieu de la chaussée. Mais par contre, le poteau a été planté au bord de la chaussée, sur le trottoir. Il y a donc une voie de circulation entre le poteau et l'arrêt. Voici l'arrêt en question

Location: Borgogna, Municipio 1, Milan, Lombardie, 20122, Italie

Avis de changement de clé OpenPGP pour "Le Goût du Libre"

Posted by MagicFab on 11 December 2016 in French (Français)

Tirer parti des photos de rues avec Pic4Carto et Mapcraft

Posted by PanierAvide on 5 December 2016 in French (Français)

Pic4Carto + Mapcraft = OpenStreetMap++

Les photos de rues sont une excellente source de données pour OpenStreetMap. On y voit beaucoup d'éléments : voies de circulation, pistes cyclables, signalisation, tout le mobilier urbain, les bâtiments... D'autant que les photos sont de plus en plus nombreuses et régulièrement mises à jour, grâce à des projets tels que Mapillary ou le naissant OpenStreetCam. Mais pour l'instant, nous n'utilisons qu'à la marge ces photos, et ce pour plusieurs raisons : multiplicité des sources et des outils, sélection par zone fastidieuse, problèmes de licences... Mais des solutions existent désormais pour tirer le meilleur parti de ces photos. Ce petit article a pour objectif de vous montrer comment utiliser les photos de rues pour améliorer OpenStreetMap, et ce en collaborant à plusieurs.

Visualiser avec Pic4Carto

Pic4Carto

Pic4Carto (http://projets.pavie.info/pic4carto) est un visionneuse qui rend simple la visualisation des photos sous licence libre de Wikimedia Commons, Flickr et Mapillary. Il s'agit d'un outil dédié à la contribution OpenStreetMap qui se veut efficace. On choisit sa zone sur la carte, et les photos récentes s'affichent une par une, à la manière d'un diaporama.

Carte principale

On accède ainsi à toutes les images récentes utilisables pour contribuer à OpenStreetMap en un clic. Elles s'affichent de la plus récente à la plus ancienne, jusqu'à 6 mois en arrière. Quand on voit sur une photo un élément qui nous intéresse, un clic de plus et l'on accède à la zone correspondante dans l'éditeur iD ou JOSM pour pouvoir l'ajouter. Quoi de plus simple ?

Visionneuse de photos

Cet outil est très efficace pour visionner rapidement les photos d'une zone. Mais quand on se lance dans une tâche de grande ampleur ("tiens, si je rajoutais tous les panneaux publicitaires d'une ville"), il est facile de s'y perdre ("mince, est-ce que j'ai déjà ajouté les éléments dans cette zone ??"). Et pour travailler à plusieurs dans une même ville, ça devient compliqué. Pour cela, pourquoi ne pas profiter d'un autre outil existant et dont c'est le but, nommé Mapcraft !

Éditer et collaborer avec Mapcraft

Mapcraft

Mapcraft (http://mapcraft.nanodesu.ru) est un outil de collaboration pour simplifier la contribution à plusieurs sur une même zone. On découpe la zone (le gâteau) en plusieurs parts. Chaque personne peut s'approprier une part, qu'il bloque le temps de contribuer et qu'il débloque lorsqu'il a achevé son travail.

Exemple de gâteau

Le découpage du gâteau utilise un fichier OSM XML, contenant plusieurs chemins fermés qui vont délimiter chacune des zones que l'on pourra se partager. Voyons comment travailler à plusieurs sur une tâche qui va exploiter les photos des rues.

Pour commencer, il faut obtenir le découpage que va utiliser Mapcraft. Pour cela, Pic4Carto propose d'exporter la grille visible sur la carte principale. L'avantage est que le partage de la zone sera équitable, et que chacun pourra consulter sur Pic4Carto le carreau qu'il s'est approprié dans Mapcraft. Dans Pic4Carto, pour exporter la grille actuellement visible sur la carte, il suffit de cliquer sur le bouton d'export à gauche. Deux boutons vont apparaître à la place : "G" et "O". Ils correspondent aux formats d'export disponibles : GeoJSON et OSM XML. Cliquez sur le bouton "O" pour exporter en OSM XML. Enregistrez ce fichier sur votre ordinateur.

Bouton d'export

Vous pouvez retourner dans Mapcraft. Sur la page qui liste les gâteaux existants, vous devez vous connecter avec votre compte OpenStreetMap en cliquant sur "Login".

Liste des gâteaux

Une fois connecté, cliquez sur "New cake". Vous allez arriver sur cette page.

Nouveau gâteau

Vous devez donner un nom à votre gâteau, par exemple "Ajout des arrêts de bus sur telle ville". Pour le champ "geometry", chargez le fichier OSM XML que vous avez exporté depuis Pic4Carto. Enfin, remplissez le Captcha, puis cliquez sur "Create" pour valider. Le site vous redirige ensuite vers la page correspondant à votre gâteau fraîchement sorti du four.

Gâteau créé

On y retrouve les mêmes carreaux que sur Pic4Carto. Là, le travail collaboratif peut commencer : chacun des contributeurs peut s'approprier une part du gâteau en cliquant sur un carreau sur la carte, puis sur le bouton "Owner".

Appropriation

Cela indique aux autres personnes que vous travaillez actuellement sur tel carreau. Vous pouvez en parallèle visualiser les photos de ce carreau dans Pic4Carto, et réaliser les modifications correspondant à votre tâche dans votre éditeur OSM préféré.

Une fois votre tâche achevée sur ce carreau, vous pouvez en modifier l'état d'avancement en changeant la valeur de progression. Pour cela, cliquez sur le bouton "Progress".

Progression

L'état d'avancement est qualifié de 0 à 9, 0 signifiant que la zone n'a pas encore été consultée, et 9 que la tâche a complètement été réalisée. Les valeurs intermédiaires donnent une idée de la progression du travail.

Changement de progression

Pensez également à libérer le carreau en recliquant sur le bouton "Owner", pour que celui-ci soit accessible à d'autres contributeurs.

Quelques idées d'objets à ajouter

Convaincu du système, mais vous ne savez pas trop quoi ajouter à partir des photos ? Voici quelques idées qui pourront vous inspirer :

Conclusion

Vous savez désormais comment tirer le meilleur parti des nombreuses images à votre disposition sur le web pour contribuer à OpenStreetMap de chez vous. N'hésitez pas à partager vos retours d'expériences !

Casa Museo Andrich

Posted by Casa Museo Andrich on 30 November 2016 in French (Français)

La seule Maison Musée à Venise où découvrir l'effervescence artistique des années 50 '60' 70 '80' et comprendre comment est née Torcello et la lagune de Venise (visite guidée)

Aménagements cyclables à Pau et son agglomération

Posted by Jean Yves DEYRIS on 19 November 2016 in French (Français)

Je suis en train de mettre à jour les aménagements cyclables sur Pau te l'agglo...Je cherche de l'aide. Il y a t il des contributeurs palois qui travaillent sur le sujet. Me joindre à eux ou se joindre à moi ? Merci de vos réponses Lasser un commentaire sur le blog pauavelo.fr

Wikidata dans OpenStreetMap

Posted by LogicalViolinist on 11 November 2016 in French (Français)

Vue que ID et Mapbox poussent pour incorporer wikidata dans OSM, je pensais ceci serait le projet parfait pour les catographieurs qui n'ont rien à faire ou dans des moments plus tranquilles.

Le lien wikidata peut aider les dévelopeurs à obtenir des informations vitaux comme la population courrante, le maire, les drapeaux, code d'armes, etc. La liste continue. Il y a beaucoup d'information qui ne peut même pas être encoder dans OSM. Ceci simplifierais l'utilisation des données OSM pour des petits développeurs. Prendre comme exemple l'exemple de Mapbox: Mapbox Data rich map

Les items dans le carré rouge ont tous été obtenu via l'api de wikidata en utilisant le champs wikidata (l'identificateur). Le drapeau dans le carré vert, la population en jaune et le site web en orange ont tous été capté à l'aide d'un champs d'identification

Il y a beaucoup d'autre information de disponible via l'api wikidata, par exemple la liste de filmes qui s'est produit dans cette endroit: Mapbox data rich map 2

Les lieux peuvent être extrait via les qa-tiles avec des extractions par pays de disponible

En utilisant tile-reduce et osm-tag-stats. Les villes peuvent être extrait via ce filtre simple:

[
    "all",
    ["in", "place", "town", "village", "locality"],
    ["==", "@type", "node"]
]

et exécuter via cette commande:

osm-tag-stats --geojson=towns-output.geojson --mbtiles='canada.mbtiles' --filter='towns.json'

J'ai débuté un projet dans le gestionnaire de tâches de OSMCanada ici: http://tasks.osmcanada.ca/project/40

Joignez-vous à améliorer les données au Canada :)

Location: Wrightville, Hull, Gatineau, Québec, Canada

bonjour

Posted by Superadlen on 28 October 2016 in French (Français)

salam

suppression compte

Posted by chap's on 27 October 2016 in French (Français)

Bonjour. Je n'arrive pas à supprimer mon compte. Comment puis-je faire?

Mapillary & usage métier (ramassage des ordures ménagères) : couvrir des centres historiques en 360°

Posted by JLZIMMERMANN on 25 October 2016 in French (Français)

Travaillant au sein d'une communauté de communes avec de multiples missions, le besoin d'outils souples et faciles à mettre à jour s'avère précieux. Mapillary apparait comme l'environnement idéal pour monter en gamme dans un environnement orienté productivité au bénéfice d'un observatoire territorial. La CCPRO pour laquelle je travaille comporte à ce jour 7 communes : Bédarrides, Caderousse, Châteauneuf-du-Pape, Courthézon, Jonquières, Orange, Sorgues. 2 communes (Sorgues et Bédarrides quitteront ce territoire pour rejoindre la Communauté de Communes Sorgues du Comtat). Cette communauté de communes compte à ce jour 69 220 habitants.

L'entrée professionnelle par laquelle cette expérimentation trouve sens est d'optimiser les circuits de collecte pour les ordures ménagères. Depuis un an, j'ai déjà bien couvert les communes de façon générale avec une moindre couverture la commune de Sorgues qui quitte la collectivité.

Voici une composition de la couverture 360° réalisée dans Mapillary avec plusieurs type de capteurs : Theta Ricoh & Giroptic. Composition couverture 360° dans Mapillary

L'objectif des collègues géomaticiens (Tony & Antoine) est de produire une cartographie fine des centres bourgs pour mieux localiser les points de collecte. Extrait d'une planche sur la commune de Courthézon

Contributeur du mois : susvhv (Belgique)

Posted by escada on 17 October 2016 in French (Français)

Qui es-tu ?

Sus Sus est mon alias ordinateur, le “ç” de François ne m'a causé que des ennuis au début des PC's. Né en 1933 ( comptez vous-mêmes ) en région bruxelloise, j'ai émigré à Mol pour y travailler au Centre d’Études Nucléaires comme technicien. Lors d'une restructuration le CEN m'a viré en prépension et depuis plus de 25 ans je me la coule douce. Lors de mes études je n'ai jamais entendu parler d'ordinateurs. Heureusement au CEN j'ai eu la chance de pouvoir, dans mon coin, me familiariser tant avec le matériel qu'avec les logiciels et concevoir de l'appareillage à base de microprocesseur et de microcontrôleurs. Jusqu'à présent j'ai acheté tout mes desktop en pièces détachées. Le dernier tourne sous Ubuntu. Les laptops, je les achète. Au début, au boulot, les émulateurs pour microprocesseur coûtaient la peau de fesses, mais quelques années après la mise en pension je me suis aperçu qu'un microcontrôleur ATMEGA8 ne coûtait plus que quelques euros et était parfaitement programmable à partir d'un port série (maintenant USB) de PC avec des programme gratuits. Actuellement à la période du IOT on a des modules Wifi (Nodemcu, ESP8266) bardés d'interfaces, programmables sous Arduino. Un de ces modules transmet la température de la véranda à la toile et je peux la consulter par smartphone. J'ai mon propre nuage, Owncloud, avec un disque dur d'1 TB piloté par un Raspberry Pi, vous savez, cet ordinateur pour enfants.

Comment et quand as-tu découvert OpenStreetMap ?

De par mon passé de pilote ULM, rallymen, promeneur et géocacheur j'ai toujours manipulé des cartes et dès son apparition je me suis intéressé au GPS, d’où le besoin de cartes, de préférence gratuites. Depuis 2008 j'ai un compte OSM, mais j'utilisais les cartes bien avant malgré les grandes zones blanches sur OSM à cette époque. Mes débuts de mappeur datent seulement de 2011. Le seuil à gravir me semblait trop grand. Par hasard, une ligne haute tension s’arrêtait au pylône de ma rue et j'ai tenté de la prolonger en recherchant la suite des pylônes. Lorsque la ligne haute tension ainsi complétée est apparue sur les cartes OSM, l'élan fut donné et par la suite tous les sentiers pédestres ont suivi, puis les nouvelles rues, les noms des rues, les maisons, les numéros des maisons, les zones, etc, etc. Résorber les zones blanches.

Utilises-tu OpenStreetMap au quotidien ?

Sur le Garmin Dakota20 et sur le smartphone sous Android se trouvent les cartes de toute l'Europe, régulièrement mises à jour. Lors de nos voyages en car - nous ne faisons plus de voyages en voiture - je sais mieux que le chauffeur où l'on se trouve. D'Andorre j'ai toutes les pistes de ski en poche. Sur le smartphone avec 32 GB de mémoire j'utilise OsmAnd, Locus et Oruxmaps. J'ai testé Vespucci pour ajouter les numéros des maisons, mais c'est inutilisable en plein soleil avec des mains moites.

Quelle sorte de contributeur es-tu ?

Luie Zetel Pour mapper, je ne quitte plus mon fauteuil. Comme éditeur, j'emploie JOSM. Je l'ai rangé quelque temps lorsqu'il me remplissait tout le disque dur, mais ces défauts ayant été résolus, je l'ai repris car on y intègre de plus en plus de facilités tel que les liens vers les images photos et AGIV pour la Flandre. À [Anvers j'ai assisté à une réunion principalement orientée vers HOT, j'ai donné suite à la dernière demande de Jorieke et j'ai rempli quelque carrés. Il faut bien un peu s'adapter et j'ai difficile à me tenir strictement aux instructions, ce qui n'arrange pas l'uniformité de la carte.

Que cartographies-tu ?

Actuellement on dispose d'une imagerie nettement supérieure et des informations de AGIV et CRAB pour le numéros des maisons ; c'est une nette amélioration par rapport aux anciennes données de Bing. Je charge d’abord avec le tool de Sander les informations par numéro de code postal, généralement dans la région autour de Mol, mon point d'attache, et je corrige la forme des maisons, les rues, les noms de rue, zones, etc. Jusqu’à compléter la zone au maximum. En fonction des conditions atmosphériques, cela peut prendre quelque semaines à quelques mois. J'essaie de ne pas faire trop longtemps la même chose mais j'ai horreur des relations lorsqu'il s'agit d'apporter des corrections de noms.

Quelle est ta plus grande prouesse en tant que contributeur ?

De pouvoir suivre. Mais j'aurais préféré qu'on me demande: quelle est ta plus grosse bévue ? Dans JOSM le '”Q” (forme orthogonale) m'a déjà joué de vilains tours lorsque par hasard toute une zone résidentielle est sélectée et que l'on ne l'a pas remarqué car elle se trouvait en dehors de l'écran. On voit soudainement pendant l'envoi défiler un grand nombre de modifications, parfois plus de mille, et pas moyen de l’arrêter. Le seul moyen que j'ai trouvé pour corriger la bévue est de d'utiliser le smartphone et OsmAnd et de remettre tout en place. Mais cela peut prendre quelques jours s'il s'agit de tout une ville ou d'un village. Cela a quand même un avantage, les zones sont adaptées à une situation plus récentes et réduites. Il est remarquable de constater le nombre de bois rasés, de quartiers entiers qui ont surgi de terre et combien de prairies ont été labourées. Une ligne haute tension y a également été construite. Mais excuses s'il n'y a plus la bonne tension et si certaines caractéristique ont disparu. Si vous trouver un pylône sans fil et sans son ombre, n’hésitez pas à le supprimer. Que personne ne m'ait fait de remarque à ce sujet m'étonne, mais j'ai remarqué que certains font des zones résidentielles beaucoup plus petites, ou ai-je faux ? En fait, je trouve que dans JOSM, pour le “Q”, on devrait insérer une sécurité comme celle qui demande confirmation lorsque l'on déplace une route ou une zone avec trop de nœuds sélectés à la fois. Un compteur signalant le nombre de corrections ou d'additions serait également souhaitable car cela limiterait le nombre d'entrées à jeter lorsqu’on se retrouve avec une erreur qu'on ne parvient pas à corriger.

Pourquoi cartographies-tu ?

C'est toujours gai de se promener par un sentier qu'on a mis soi-même sur la carte. Depuis longtemps je soutiens tout ce qui est “open” et gratuit. C'est aussi une bonne forme d'occupation et une manière de rester à jour. C'est mon SUDOKU à moi. Peut-être inconsciemment le désir de laisser quelque chose à la postérité et d'aider l'humanité. Mais ne philosophons pas trop.

Fais-tu d'autres choses liées à OpenStreetMap ?

Je suis régulièrement les messages du mailgroup pour savoir ce que pensent les autres mappeurs, mais encore entreprendre et entretenir, je ne le fais plus. J'admire le travail des tous ces programmeurs et de ce qu'ils réalisent avec toutes ces données. Mais beaucoup de choses me dépassent.

As-tu des idées sur la façon dont nous pouvons étendre la communauté OpenStreetMap, pour motiver plus de gens à contribuer ?

Ne comptez pas trop sur ceux de mon âge, j'ai essayé mais sans succès. Le problème c'est que la masse de données à introduire est énorme et les connaissances en informatique que cela requiert. Le seuil à franchir est énorme pour la plupart. On trouvera probablement plus d'intéressés parmi les nouveaux pensionnés. Leur connaissance en informatique sont meilleures. Cela doit venir des jeunes en attirant leur attention sur l'énorme quantité de données mises à leur disposition gratuitement comme programmeur, mais les données doivent aussi être introduites. Je suis parvenu à convaincre un prof de géographie à soumettre à des élèves des travaux à l'aide de OSM, mais entre-temps il est lui-même en pension. Il y a des sites comme http://www.seniorennet.be ; ils ont des groupes notamment sur les ordinateurs et Linux ; quelqu'un peut démarrer un groupe.

Quelle est, selon toi, la plus grande force d'OpenStreetMap ?

C'est qu'il fait fi des frontières et qu'il aide à faire un monde meilleur.

Quel est le plus grand défi pour OpenStreetMap ?

De rester comme il est et de résister au piratage et au vandalisme. Heureusement, c'est gratuit et il n'y pas grand chose à gagner. Pourtant je me demande parfois si ce que je mappe ne peut pas être utilisé par des groupes malveillants dans des zones troublées. Bamako et ses environs par exemple.

Comment restes-tu au courant de toutes les petites nouvelles liées à OpenStreetMap ?

Essentiellement via le mailgroup Belge.

As-tu des contacts avec d'autres cartographes ? Comment restes-tu en contact ?

Mon premier contact a été avec Lodde1949 ; à mes débuts nous étions tous deux par hasard à mapper dans le même patelin, lui en JOSM et moi en Potlatch, ce qui peut donner pas mal d'ennuis. Nous avons convenu que j’irais mapper ailleurs, mais il m'a fait remarquer qu'avec JOSM il suffisait de “deux ou trois clics” pour faire une maison. Non sans peine je me suis mis à JOSM. Par curiosité j”ai assisté à une réunion à Anvers où il était surtout question de HOT. J'ai aussi participé à quelques Hangouts. Pour le reste c'est très peu. Il y en a deux près de Mol, mais ils sont très irréguliers.

Sus' profile by Pascal Neis http://www.hdyc.neis-one.org/?susvhv

Pour conclure, y a-t-il encore quelque chose que tu souhaites dire au lecteur ?

Puis-je insister auprès de tous de ne pas effacer ce que d’autres ont introduit, même si c'est bâclé. Effacer peut signifier un adepte de moins. Les images sous-jacentes sont actuellement bien plus précises et mieux alignées que celles utilisées il y a quelques années. J'ai moi-même tendance à effacer et à redessiner, mais je ne le fais qu'avec ce que j'ai auparavant introduit moi-même. Dans JOSM un Ctrl H est vite fait et peut rappeler de bon souvenirs. Parfois je m'exaspère quand je vois que l'on a ajouté des détails alors que la base est mal placée, détails dont je ne vois pas l'utilité. Pourquoi ne pas s'assurer que la base est convenable ?

Bon, j’arrête, car je commence à radoter.

lons le saunier nouvelle universite

Posted by hugo06 on 16 October 2016 in French (Français)

a montmonrot a coter du garage psa les appart sont a la maison de retraite de montmonrot en plus j ai mis un arrêt de bus il aura une deuxiemes résidente étudiantes co ut du projet 1000000 euro

Location: Ferme de Montorient, Geruge, Lons-le-Saunier, Jura, Bourgogne-Franche-Comté, 39570, France

PK (Point Kilométriques en France)

Posted by DF45 on 14 October 2016 in French (Français)

L'Opendata officiel a mis en ligne la liste des points kilométriques en France.

https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/bornage-du-reseau-routier-national/

L'info m'est arrivée via le blog ... d'OSM Maroc ! Un premier import dans QGIS montre les routes et nationales à deux voies. C'est encourageant. Une analyse plus détaillée indique que c'est plus ... varié. Beaucoup de routes on un PK gauche et un PK droite ... mais pas tous. Certaines ont un seul PK de type I (indéterminé ?) ou G ou D. D'autres PK n'ont carrément pas de coordonnées. Après un test de correction dans un tableur, on va se tourner vers un import dans PostGreSQL afin de pouvoir rejourer les corrections d'élimination des PK incorrects et de faire une moyenne Gauche/Droite.

Visualisation des voies appelées "Boulevard" : comparaison Paris, Lyon, Marseille. "La dernière va vous étonner..."

Posted by Romainbou on 13 October 2016 in French (Français)

J'ai fait mes débuts avec OverPass-Turbo,

l'appli web qui permet de faire des requêtes avancées sur les données OpenStreetMap.

Ayant vécu 2-3 ans à Marseille, je me suis étonné quand j'y étais de voir que nombre de petites ruelles mineures et allées dans les quartiers périphériques, étaient déclarées de "boulevards". Souvent ce sont des allées résidentielles à sens unique, parfois même très étroites, plutôt du genre de ce qu'on taguerait sous OSM en "highway=service" :)

Alors j'ai eu envie de voir un peu ça...

Paris

"boulevards à Paris Paris, oui on s'en doute : les grands boulevards sont bien là. Ils sont relativement bien organisés, du fait de leur histoire. Le mot boulevard était avant utilisé pour dénommer des rajouts aux fortifications des remparts d'une ville, dans le but de mieux les protéger après l'invention des... boulets de canon. Je laisse la suite du récit à Wikipedia qui dit absolument bien les choses :

En 1670, Louis XIV décida de reporter la défense du royaume sur la frontière avec la constitution du pré carré et de faire de Paris une ville ouverte. L'enceinte bastionnée et les boulevards sont détruits et transformés en nouveaux cours carrossables plantés d'arbres qui deviennent rapidement des lieux de promenade à la mode. La réalisation de cet aménagement des anciens boulevards n'était pas terminée en 17603. Les Parisiens ont donné à ces nouveaux cours le nom de boulevard.

À l'origine, un boulevard est donc une « promenade plantée d'arbres sur l'emplacement d'anciens remparts » (définition donnée en 1803). Il permet ainsi de contourner une ville de l'extérieur (comme le fait une ceinture périphérique, à Paris, le boulevard périphérique, les boulevards des Maréchaux construits à l'emplacement de l'enceinte de Thiers). Puis, par extension, un boulevard désigne une large voie urbaine. (source Wikipedia:Boulevard)

Tout ceci correspond presque exactement à la carte des enceintes de Paris à travers les âges !
image qui marchait hier; à l'adresse : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/33/The_city_limits_of_Paris_from_the_4th_century_to_2015.svg

Voir légende ici sur Wikimedia Commons (auteur sous pseudo "Paris 16", licence CC-BY-SA-4.0) Encore plus d'infos sur wikipedia sur les boulevards parisiens

Lyon

"boulevards" àLyon Ici, on comprend mois ce qu'il se passe, et pas d'infos trouvées sur le web et wiki après une rapide recherche sur l'histoire des boulevards lyonnais. Sans doute datent ils d'une époque postérieure. On sent des raisons purement urbanistiques à l'établissement de ces boulevards : grands axes de communication reliant différentes parties de la ville éloignées les unes des autres. Les boulevards périphériques à l'est, les saignées dans certains quartiers pour aérer les centres périphériques (boulevard de la Croix-Rousse, des Belges, des États-Unis).

Marseille

"boulevards" à Marseille À Marseille, là, ça change : on en voit clairement plus, sans organisation qui se dégage à grande échelle. Des quartiers entiers ne sont composés que de boulevards, pourtant de petites ruelles. Quand j'ai twitté ces 3 cartes, une personne m'a répondu qu'à Marseille fût un certain temps, les administratifs n'auraient pas hésité à renommer des voies en "boulevards", pour que les habitants payent plus d'impôts locaux, l'impôt ayant été fonction de l'intitulé de la voie habitée. Je n'ai pas trouvé de confirmation ou de chose allant dans ce sens, mais il est clair que l'usage de ce mot n'es pas le même à Marseille que dans les autres grandes villes françaises. On m'a signalé aussi ce phénomène dans les rues de Nice, que je n'ai par contre pas encore cartographié.

Remarque technique : Pour la requête, j'ai le regrêt de ne pas avoir conservé son code sous format texte. De mémoire, je n'ai sélectionné que les chemins ("way"), sans rechercher les points ("nodes") ou aires ("areas"), et j'ai fait une requête sur la balise "name=", en prenant garde de ne pas respecter la casse, sans préciser si le mot devait se trouver forcément en début de name.

Piscine Lille Sud

Posted by Marie5k on 4 October 2016 in French (Français)

Very beautifull swimming pull in Lille Sud

piscine lille sud

piscine lille sud

Location: Zone Urbaine Lille, Parc Europe, Marcq-en-Barœul, Lille, Nord, Hauts-de-France, 59700, France

Ajout des quartiers de Marseille

Posted by jseigneuret on 21 September 2016 in French (Français)

Les quartiers de Marseille sont intégrés dans OSM!

Les informations sont renseignées sous la forme de relations tout comme les arrondissements. A ce titre, les limites des quartiers utilisent celles des arrondissements.

Les arrondissements utilisent parfois les cours d'eau et les routes. Quand les données existantes (réseaux routiers et cours d'eaux) et semblent corroborées avec celles des limites, j'ai utilisé directement le tronçon dans la relation. Sinon, dans la plupart des cas, j'ai ajouté un tronçon de type:

  • boundary=administrative
  • level=10

Les noms des quartiers sont renseignées dans des points:

  • name=*
  • place=suburb

Les relations:

  • name=*
  • admin_level=10
  • type=boundary
  • boundary=administrative
Location: Saint-Victor, Marseille 7e Arrondissement, Marseille, Bouches-du-Rhône, Provence-Alpes-Côte d'Azur, 13007, France
Older Entries | Newer Entries